À propos

Forum international de l’industrie de la finance islamique, Sixième édition

Thème du Sixième Forum International de l’Industrie Financière Islamique

1 – Adresse :

Le rôle de l’industrie financière islamique dans le développement des institutions du troisième secteur
Et renforcer sa contribution à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans l’économie algérienne

2- Préambule :
L’un des domaines les plus importants concernés par la législation islamique est d’établir et d’organiser le comportement de prendre soin de tous les êtres existants et d’en faire un chemin de culte et un chemin vers des âges équilibrés et une succession normale dans l’univers.
Avec ces orientations, la civilisation islamique a connu de nombreuses institutions qui travaillaient dans tous les domaines, et se souciaient de l’industrie du bien et de la bienveillance, non seulement pour la race humaine, mais aussi en prodiguant des soins et des soins à tous les organismes animaux et végétaux, ce qui assurait pour sociétés islamiques la préservation de leur identité, la préservation de leur culture et l’adhésion à l’héritage de leur histoire civilisée.
Les diverses institutions et organismes ont exercé leurs responsabilités dans un environnement caractérisé par la coopération, la compassion et la sympathie entre les membres de la société et ses organisations. Ainsi, les rôles étaient complémentaires entre ce qui est public et privé et ce qui est total et partiel sans discrimination, et le concept de tiers secteur n’est apparu dans les sociétés islamiques que dans ce qui a été inclus au millénaire précédent dans la définition des termes et la séparation entre ce qui est gouvernemental et ce qui est privé et ce qui leur est contraire.
Les événements majeurs qui ont secoué le monde au cours du XXe siècle, notamment la révolution bolchevique (1917 après JC), les premières guerres (1914 après JC – 1918 après JC) et la seconde (1939 après JC – 1945 après JC), et la crise de la Grande Dépression (1929 J.-C.), a eu des effets positifs en remodelant la mentalité occidentale vers une réforme de la répartition des revenus et l’amélioration du mode de vie.
Alors que les Occidentaux ont réalisé que ce dont souffrent les gens, tels que les taux de chômage élevés, la hausse des prix, l’augmentation de la pauvreté et la détérioration des conditions de santé et de vie, n’est rien d’autre que le produit de ce système capitaliste, dans lequel les mécanismes du marché augmentent la richesse et le luxe des riches et augmenter la pauvreté et la misère des pauvres.
Ces conditions ont révélé l’incapacité de l’État et son incapacité à résoudre les différents problèmes dont souffre la société occidentale, et ont également montré clairement que les institutions économiques sont incapables et peu disposées à résoudre ces problèmes, qui sont les faits qui ont produit des rôles que seule une secteur tiers peut fonctionner et dont chaque secteur a besoin Les membres de la société et ses institutions afin de rééquilibrer la vie humaine et de préserver les composantes de l’environnement animal et végétal.
La pandémie de Corona, qui a touché divers pays du monde au cours des trois dernières années 2020-2022, a contribué à confirmer l’importance du troisième secteur, car il est apparu que les gouvernements n’étaient pas en mesure de fournir les soins de santé nécessaires aux patients et de fournir une protection appropriée aux le reste des individus. Les institutions du tiers secteur avaient un grand avantage à combler ces lacunes et à contribuer largement à répondre aux besoins des individus et des organisations communautaires.
Les Objectifs du Millénaire pour le Développement adoptés par les Nations Unies sont des objectifs nobles car ils visent notamment à offrir une vie meilleure à l’ensemble de la population mondiale en réduisant la pauvreté et le chômage, et à assurer l’éducation et les soins de santé pour tous, dans le cadre de la préservation de l’équilibre environnemental. En même temps, ce sont des objectifs stratégiques adoptés par divers pays et travaillant à les atteindre, en recrutant des institutions du secteur gouvernemental, du secteur privé, ainsi que du tiers secteur, en raison des capacités réelles que ce dernier peut contenir.
Bien que l’Algérie ait été témoin, à l’époque coloniale, d’un mouvement systématique d’effacement de son identité et d’effacement des traces et des traits de ce que la civilisation islamique avait réalisé, à cette époque l’institution de la zakat était absente, mais sa pratique entre les individus n’était pas absente, et les caractéristiques des institutions de dotation ont été effacées, mais les activités du secteur caritatif et les effets de ses fonds dans la société n’ont pas disparu.
Dans ce contexte, l’Algérie cherche, comme beaucoup d’autres pays, à réhabiliter et à rétablir les institutions du tiers secteur. Les différentes constitutions (1963, 1976, 1989) prévoient la liberté de constituer et d’adhérer à des associations dans le cadre des lois les réglementant. .
Et puisque l’intérêt de l’industrie financière islamique est voué à la prise en charge des différents axes d’activités économiques, sociales et culturelles, et s’efforcer de lui fournir le financement nécessaire à travers les banques islamiques, et les assurances nécessaires à travers les institutions solidaires, ainsi que un soutien financier par le biais d’institutions d’investissement, qui ont travaillé au développement de cette industrie et à la diffusion de ses produits sont disponibles dans divers pays islamiques et non islamiques du monde, de sorte que le problème de recherche suivant peut être avancé :
Comment l’industrie financière islamique contribue-t-elle au développement des institutions du tiers secteur et assure-t-elle leur efficacité dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans l’économie algérienne ?

Afin de répondre à cette problématique, l’Ecole Supérieure de Commerce d’Algérie, en coopération avec l’Institut, la Banque Islamique de Développement, organise la sixième édition du Forum International de l’Industrie Financière Islamique, dans le cadre de l’accord de coopération et de partenariat entre les deux corps, sous le titre :
Le rôle de l’industrie financière islamique dans le développement des institutions du troisième secteur
Et renforcer sa contribution à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans l’économie algérienne

3- Les objectifs du forum
Sensibiliser à l’importance du tiers secteur et souligner la taille de ses institutions et leurs extensions dans le temps et dans les pays,

4 – Thèmes du forum
Le premier axe / le troisième secteur et les objectifs du millénaire
Il ne fait aucun doute que le concept et la nature du tiers secteur diffèrent entre la culture islamique et la culture occidentale, en plus des différentes composantes de ce secteur dans une même culture. Partant de là, les finalités économiques, sociales et culturelles des institutions du tiers secteur sont différentes, ce qui conduit inévitablement à l’existence de différents modèles qui diffèrent dans la manière de gérer leurs investissements et les méthodes de commercialisation de leurs services. C’est ce qui fait l’aspiration des institutions du troisième secteur à atteindre l’harmonie avec la Motivation de clôture du Millénaire pour aiguiser leur efficacité.

Le deuxième axe / cadres législatifs et juridiques pour les institutions du tiers secteur
La relative modernité du tiers secteur par rapport à l’origine du secteur privé ou du secteur gouvernemental met en évidence l’importance de la recherche dans l’ampleur du développement et de l’adéquation des législations et lois réglementant ses institutions et activités, et l’ampleur de leur divergence ou convergence entre Culture islamique et culture occidentale. Cette modernité pose également des questions sur la capacité de l’industrie financière islamique à suivre le rythme des institutions de ce secteur dans ce qu’elles innovent en termes de produits financiers, de méthodes comptables ou de législation réglementaire, et comment elles peuvent bénéficier de l’offre des technologies financières contemporaines, comme ainsi que l’étendue de l’intérêt du droit international pour ce secteur et la nécessité d’identifier ce qu’englobe la législation algérienne en la matière au sein du système des lois internationales.

Le troisième axe / le rôle de l’industrie financière dans le développement des institutions du tiers secteur
L’activation de la performance des institutions de dotation, de la zakat ou du secteur caritatif en général nécessite nécessairement un processus fluide dans l’obtention du financement nécessaire, une qualité dans la gestion des investissements et un suivi pré et post supervision d’accompagnement. Cela permet aux composantes de l’industrie financière islamique, telles que les sociétés d’investissement, les banques ou l’assurance Takaful, de fournir un financement approprié et de fournir l’assurance nécessaire pour protéger le travail des institutions du tiers secteur, et de s’unir pour assurer le soutien nécessaire pour les soutenir et se tenir à leurs côtés pour atteindre leurs objectifs légitimes et maximiser leur contribution à la réalisation du nationalisme.
Alors que la nature des relations d’interdépendance entre les institutions de l’industrie financière islamique et les institutions du tiers secteur apparaît sous diverses formes à travers les expériences internationales, il est urgent de formuler un modèle approprié pour ajuster ces relations dans un modèle adapté à la l’environnement économique algérien dans le but d’y développer le tiers secteur et de renforcer sa contribution à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

5- Modalités d’organisation du forum

Date importante

– La date limite de réception des résumés est le 30/04/2023

– La date limite de réception des inscriptions complètes est le 31/07/2023

– La participation des chercheurs et la réception des interventions sous forme de slides de présentation (PowerPoint) seront confirmées le 30/09/2023.

– Date du forum : Novembre 2023, les jours seront déterminés ultérieurement.

Les organes de tutelle du forum

Comité Scientifique :

L’Autorité de Régulation :